« Proue De Pirogue Ancienne collectée dans le village de DARAPAP (région du lac MURIK) du bas Sepik, Papouasie, Nouvelle Guinée »

Photos David GODREUIL

« Proue De Pirogue Ancienne collectée dans le village de DARAPAP (région du lac MURIK) du bas Sepik, Papouasie, Nouvelle Guinée »

Le collecteur est David GODREUIL – galerie ARTIFACT -Océanie

Epoque :  Milieu du 20 ème siècle
Etat : Très Bon

Matière : Bois
Longueur : Longueur 50cm pour 28cm de large et 10 cm de haut

Sculpture montrant deux visage JANUS spécifiques à cette région de l’embouchure du fleuve Sépik. Bois raviné par le temps et l’usage.
La pirogue monoxyle constitue, pour les communautés de pécheurs riveraines du fleuve Sépik, un indispensable moyen de transport, en adéquation avec leur environnement aquatique.

La pirogue permet aux femmes de se rendre sur leurs lieux de pêche, elle assure en outre le transport des personnes et des marchandises entre les différents villages. Il existe plusieurs types de pirogue, adaptés à divers usages. Toutes cependant sont fabriquées suivant les mêmes techniques et à partir d’un tronc d’arbre. Afin de mieux comprendre l’importance de cette embarcation, on évoquera ses rapports avec l’univers mythique local, où elle se confond avec l’ancêtre crocodile primordial.
Il faut compter, de nos jours, une semaine pour se rendre au Sepik, via Singapour et Port-Moresby, capitale de la Papouasie-Nouvelle Guinée, puis continuer en bateau et en pirogue. Précision : une semaine aller simple. Autant dire qu’on ne se rend pas tous les lendemains dans cette province située au nord-est de la grande île, dont la moitié occidentale est rattachée à l’Indonésie.
Dans ce bout du monde, le seul moyen de transport est le bateau, de longues pirogues taillées dans un seul tronc, les mêmes modèles depuis la nuit des temps, souvent ornées à la proue d’un crocodile sculpté et équipées à la poupe, seule concession à la modernité, d’un moteur. C’est pourquoi les sculptures montrant deux visage JANUS sont plus rares que les proue sculptées en forme de crocodile. Indispensable pour remonter le fleuve Sepik, qui est à la Papouasie-Nouvelle Guinée ce que l’Amazone est au Brésil, toutes proportions gardées : un monstre aux eaux marron tourbillonnantes, 1126 kms de long repliés en larges méandres, tel un serpent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *