Cuirassé d’escadre, Ex-voto. Fin XIXe

Epoque :  fin XIXe
Style : Maquette en bois – Ex-voto
Etat : A restaurer

Matière : Bois 
Longueur : 35 cm

Cuirassé d’escadre, Ex-voto gratulatoire du Mécanicien principal de 2ème classe : Henri Le BARZIC, embarqué sur le cuirassé d’Escadre « Le Gaulois » et survivant du torpillage du cuirassé.

Cet Ex-voto figurait dans l’église Saint-Yves-de-Quizac, Brest (20, Finistère) qui a été désacralisée en 2011.

C’est à cette occasion que cet Ex-voto a été vendu.

Gaulois – Cuirassé

75_0
1898
Grèce
27 décembre 1916
Le Gaulois participa à la tentative de forcement des Dardanelles, il fut touché au-dessous de la ligne de flottaison et alla s’échouer sur Rabbit Island au nord de Tenedos pour des réparations provisoires, puis fit route sur Malte pour remise en état. Le 27 décembre 1916, au large de la Grèce, à 30 mille Est de Kithira (Cythère), par 36 30 N et 23 45 E, il fut touché par une torpille de l’UB47 (Lt Wolfgang Steinbauer) qui s’était glissé à l’intérieur de l’escorte du cuirassé, composée d’un torpilleur et deux chalutiers armés. L’explosion tua quatre hommes du Gaulois qui coula en 25 minutes. Le reste de l’équipage (631) fut recueilli sain et sauf par les navires d’escorte (le Rochebonne en particulier). Le Gaulois faisait route de la base de Corfou vers l’enclave de Salonique.

Maquette naïve de bateau en bois sculpté, peint rouge et crème, deux mâts. L. 35 cm

Un ex-voto est une offrande votive faite à un dieu en demande d’une grâce ou en remerciement d’une grâce obtenue en accomplissement d’un vœu ou en signe de reconnaissance »

Dans de nombreux pays ayant une façade maritime et des communautés de marins importantes, on rencontre des ex-voto à caractère maritime, sous forme de modèles réduits de navires, de dioramas ou de tableaux, qu’on peut classer suivant trois grandes familles :

Bateaux votifs destinés aux processions, il s’agit souvent de maquettes de grande taille, installées sur un brancard spécial, porté à l’épaule, destinées aux fêtes religieuses (telles les pardons bretons et les fêtes de saints considérés comme les protecteurs des gens de mer) ;

Navires votifs offerts par les communautés de marins pour se placer sous la protection divine : ces maquettes, souvent de facture très fidèle à l’original sont suspendues de façon bien visible au centre de la nef de l’église. Elles sont particulièrement nombreuses au Danemark et en Scandinavie sous le nom de Kirkskibet (navires d’église ou Church ships en Grande-Bretagne). Il s’agit d’offrandes propitiatoires, parfois faites avant d’entreprendre une expédition maritime, mais sans lien avec une épreuve, un danger ou une « fortune de mer » précise.

Ex-voto gratulatoires à proprement parler : ils peuvent prendre la forme de modèles réduits de navires (plus fréquents en France sur la façade Manche/Atlantique que sur la façade méditerranéenne), de tableaux, en général légendés de façon précise, ce qui suscite l’intérêt des plongeurs archéologues (fréquents en Italie, en Provence et en Languedoc) ou encore de dioramas et de bateaux en bouteille. Ils sont liés à des vœux faits par des marins (ou parfois des passagers de navires) à l’occasion de périls encourus en mer : tempête, incendie à bord, danger d’échouage, accident personnel lié au métier de marin (chute depuis la mâture, homme à la mer, accidents liés aux machines et chaudières) ou encore fait de guerre, tel que torpillage ou combat naval.

Les maquettes réalisées par les matelots sont souvent de facture précise, et constituent autant de documents intéressants pour l’archéologue naval, mais comme noté par le commandant Hayet dans ses livres, les créateurs ont parfois eu tendance à « flatter le modèle » en gratifiant la maquette d’une voilure ou d’une batterie de canons proportionnellement plus importante que sur le navire réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *